Manifestation du 8 mars ou quand personne ne se sent concerné


@NDeBacchus

Pour un 8 mars de lutte et de grève, à Paris. 15h40 République. L’événement lancé par plusieurs collectifs féministes promettait un rassemblement massif, la cause est importante, du moins c’est ce qu’il me semblait… Il n’en n’était rien !

République 15H40 quelques centaines de personnes. Je relativise, les gens vont peut-être arriver plus tard…

Lire la suite >>

Légiférer le harcèlement de rue et les violences sexuelles, quels intérêts ?

Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, vient de présenter dans les grandes lignes son projet de loi contre le harcèlement de rue et les violences sexuelles.  

Les grandes lignes de la loi

L’enjeu de cette loi ? Définir, dans un premier temps, précisément ce qu’est le harcèlement de rue et le punir. A l’heure actuelle, un groupe de cinq parlementaires, tous bords politiques confondus, travaille sur la question (on espère que parmi eux, des femmes concernées soient présentes).

Le deuxième chapitre de cette loi concerne l’allongement du délai de prescription dans les affaires de viol. Fixé aujourd’hui à 20 ans, il devrait être rallongé à 30 ans.

Enfin, le dernier chapitre est une réponse à la décision prise par le tribunal de Pontoise le 26 septembre dernier concernant l’affaire du viol d’une petite fille de 11 ans par un homme âgé de 28 ans. Poursuivi seulement pour atteinte sexuelle et non pour viol parce que la victime a été présumée consentante, cette décision choquante et intolérable, donne au gouvernement la lumineuse idée de fixer un âge sous lequel la question du consentement ne se posera pas (on ne comprend pas vraiment pourquoi cela mit autant de temps, mais passons…). En effet, pour les enfants victimes de violences sexuelles, c’est essentiel de ne pas débattre de leur consentement.

Lire la suite sur le site du Cabinet de Curiosité Féminine >>

Sexualité féminine – épanouissement & plaisir VS normes & diktats

Si nous avons gagné de l’espace dans l’expression de nos sexualités ces 50 dernières années, nous observons pourtant un grand écart entre les représentations médiatiques d’une sexualité libérée alternant paradoxalement avec un certain conditionnement par le jugement du bien-fondé de telle ou telle pratique, de tel ou tel ressenti et finalement, la réalité des choses.

En effet, la presse féminine regorge d’articles aux titres évocateurs et fallacieux « Comment obtenir 5 orgasmes par jour », « Devenir bisexuelle, c’est fun », « La pipe, ciment du couple », « Faire l’amour plus de 3 fois par semaine est signe de bonne santé du couple » et j’en passe…Mais, la sexualité est plus complexe que cela, il ne suffit pas de nous dicter ce que l’on doit faire pour éprouver du plaisir. En fait, ce qui semble être une chose naturelle et joyeuse devient pour certaines femmes une réalité tortueuse et compliquée. Et toutes ces injonctions véhiculées par notre société sont en grande partie responsables. Dans les ateliers ou lors des entretiens individuels que je mène, j’ai souvent l’occasion d’observer ce paradoxe qui conditionne et affecte fortement les sexualités féminines.

Lire la suite sur le site du Cabinet de Curiosité Féminine >>

La jalousie, ce mal qui nous ronge

Qu’est-ce que la jalousie ?

La jalousie est un sentiment douloureux provoqué par la peur d’être trompé(e) par son/sa partenaire ou par la croyance qu’il ou elle en préfère déjà un/une autre. Elle peut s’étendre à toutes personnes pour lesquelles on ressent un besoin de possession, de mise en concurrence (famille, ami(e)s …).

C’est une émotion complexe dont on ne perçoit pas toujours le pourquoi véritable de son expression. Cette émotion est associée de façon inextricable à la passion, la frustration, l’angoisse, la colère, parfois même la haine, et surtout la douleur.

Au risque d’en décevoir beaucoup, la croyance populaire selon laquelle la jalousie prouve l’amour que l’on porte à l’autre ou que l’on reçoit de l’autre, est fausse.

Lire la suite sur le Cabinet de Curiosité Féminine >>

Les troubles du désir sexuel féminin

On entend souvent dire que les femmes ne sont pas intéressées par le sexe. Que pour nous, ce n’est pas une priorité. Ici, nous traiterons de ce qui relève d’une souffrance et non d’un choix personnel.

Vous l’aurez compris, au CCF, on croit profondément que la sexualité est l’une des composantes fondamentales de la vie, un moteur. C’est un projet personnel que nous devons construire au gré de nos besoins, elle est une part de notre identité et un élément fondamental de nos relations intimes et de notre bien-être personnel. Evidemment, ce n’est pas toujours simple. Pour cela, elle mérite que l’on s’y attarde et qu’on la prenne au sérieux quand elle devient aussi une souffrance.

Alors, pour celles qui ne s’y intéressent pas ou plus qu’a-t-il bien pu se passer ?

Tout d’abord, il faut savoir que lorsque l’on évoque un manque d’intérêt sexuel, les femmes concernées éprouvent en général un sentiment d’incapacité et ne se sentent pas à la hauteur. Elles se blâment, ne réussissant pas à expliquer ce qu’elles ressentent, et par conséquent, ont une faible estime d’elles-mêmes.

Il me semblait donc essentiel aujourd’hui d’aborder ce sujet pour tenter d’éclairer une situation pas toujours évidente à vivre et à comprendre dans l’intérêt, pourquoi pas, de changer cela…

Le manque d’intérêt pour le sexe est une dysfonction sexuelle féminine liée à la baisse ou à l’absence de désir sexuel.

Lire la suite sur Le Cabinet de Curiosité Féminine >>